La Nouvelle-Zélande en Roadtrip c’est comment ?

Voici maintenant 3 semaines et demi que je parcours la nouvelle Zélande avec ma co-van ! Au top du top!

Les Roadtrips arrivent toujours dans mes tops des voyages préférés (il y avait eu la Californie en 2009 en camping car, le Portugal avec Bibi, Marine et Curly Curl et les Pouilles avec Curly curl), pourquoi ? Mais parce que tous les matins, les jours, les soirs c’est un endroit et un paysage différent et que chaque jour on s’en prend plein les yeux!
La Nouvelle-Zélande en van, c’est la liberté totale comme on peut dormir dedans.

Voici quelques détails pour tous ceux qui veulent se plonger dans mon quotidien en ce moment….

Mon quotidien en Nouvelle-Zélande c’est (ou presque):
– avoir un van avec un frigo, un lit, 2 sièges, et un son de ouf pour écouter de la musique et regarder des films en mode home cinéma – l’essentiel
– dormir dans son van dans des campings plus ou moins spacieux avec ou sans douche, avec des sandfly [mouche volante plus ou moins grosse qui pique et ça gratte, longtemps, très longtemps, et c’est rouge, puis violet]
– avoir une vie rythmée par les levers et les couchers de soleil
– Se dire qu’il y a beaucoup de vents à certains endroits car les arbres sont vraiment couchés
– Porter sa casquette swing style rappeuse gangsta américaine gagnée lors du saut à l’élastique pour se protéger du soleil (légendaire trou dans la couche d’ozone en Nouvelle-Zélande)
– faire des trecks plus ou moins longs, de 1h à une journée, sous le soleil ou sous la pluie, froid ou chaud car la NZ à un temps imprévisible
– râler sur le poivre qui s’est encore renversé dans le sac rouge Vodafone que l’on utilise pour l’épicerie (reçu en cadeau dans un parc, car ils nous croyaient étudiantes)
– ne louper aucun lac, aucune montagne, aucun point de vue
– se dire qu’il y a beaucoup d’asiatique en NZ, se demander pourquoi et les regarder songeur quand ils font de multiples poses photos en pyjama (eux en pyjama, pas moi)
– avoir sur soi l’appareil photo en continu et faire un nombre incalculable de stops photos en voiture, à pied, dans l’eau et dans les airs
– Se dire que la photo ne reflète pas la réalité et la magie du lieu, qu’il vaut mieux le voir en vrai, essayer un autre angle….Mais bon, ça change rien. Faire une vidéo 360 avec l’espoir que ça soit mieux…non toujours pas….
– sortir quasiment à quelques heures d’intervalle la polaire mais la crème solaire aussi, les tongs et les chaussures de trail, le Bonnet puis la casquette
– faire découvrir des nouveaux sons à ma co-van
– Devenir une pro de la marche arrière sur petite route de campagne car on a repéré un paysage magnifique
– Être dégoûtée du parfum acheté en Birmanie à la sueur de mon front, que l’on a vaporise sur les rideaux pour masquer une autre odeur et qui a tourné, et qui est maintenant devenu l’odeur la plus redoutée de mon voyage
– convaincre ma co-van de passer d’iphone à Android
– se faire des petits dej pancakes et crêpe quasi tous les jours à la cuisine du camping, il faut des forces pour un Roadtrip (et regarder les gens les regarder mais ne pas leur en proposer)
– se faire des missions douches et toilettes sous la pluie ou dans le froid
– trouver un camping sur campermate et vérifier qu’il y a des douches et des toilettes et que les commentaires sont bons, choisir le meilleur rapport qualité / prix. Ps: systématiquement ignorer l’unique mauvais commentaire d’un allemand qui s’était lèvé du mauvais pied (car la cuisine n’avait pas de quoi faire frire sa saucisse au petit dej)
– sortir la table et les chaises et les remettre pour faire un déjeuner ou petit déjeuner avec vue de rêve sur un lac ou une montagne
– râler de l’odeur du frigo et du garde manger sous le matelas (Hum, ahhh la banane, la courgette ou la tomate pourrie)
– trouver une station Z pour avoir des cappucinos gratos (merci à Spenc de nous avoir file des bons)
– trouver l’essence trop chère, ne pas faire le plein et faire l’essence à la prochaine station, encore plus chère
– souler ma co-van car deezer bloque car mes playlists se sont mal téléchargées à l’aéroport de Manille et que depuis je n’ai plus de WiFi
– râler sur le Wi-Fi mensonger (pourri) des campings de Nouvelle Zélande, parce que je ne peux pas updater mon blog (et télécharger mes playlists deezer)
– se raconter nos vies avec ma co-van et se dire qu’on est vraiment bien à Roadtriper
– refaire le monde et brainstormer sur la route en écoutant de la bonne musique, allons nous trouver L’ IDEE business de demain?
– marcher et réfléchir à sa vie pendant les trecks
– comparer les vans des autres campeurs avec le notre (practicite, couleur, taille, etc) et se dire que le notre est en fait trop bien mais de toute façon c’était le dernier et on avait pas le choix quand on l’a pris
– se demander ce que les néo-zélandais font de tous ces Moutons et se dire que c’est pas évident d’être berger car un mouton ça a tout le temps peur et c’est pas très réactif aux ordres (se demander s’ils mettent pas du mouton dans les burgers et s’enlever tout de suite cette idée de la tête…. No way!)
– éviter les animaux morts Sur la route et se demander ce que c’est (ça a des poils mais aussi des plumes?)
– râler dès qu’un pilote formule 1 ne nous laisse pas passer sur un one way bridge (le one way bridge est très répandu sur l’île sud et il y a des priorités à respecter) ou nous dépasse dans un virage sans visibilité (ils sont fous ces néo-zélandais)
– râler car les allemands ou les asiats empestent la cuisine avec de la friture de poisson ou de saucisse au ptit dej ou au dîner et que tu peux pas te laver les cheveux ou faire une lessive après
– chercher ce que j’ai perdu dans le van, c’est pas si grand mais y’a assez de recoins pour tout perdre (non non, c’est quasi rangé)
– combattre les sandfly dans le van et partout ailleurs
– se faire piquer par des sandfly
– appliquer du baume du tigre sur les piqûres de sandfly (efficacité non démontrée) ou le stick électrique nature et découverte (efficacité plutôt bonne mais de courte durée). Ces efficacités faisant quotidiennement l’objet de débat avec ma co-van (elle kiffe l’odeur du baume du tigre)
– croiser tous les jours des moutons et se dire qu’il y en a partout, tenter le selfie mouton mais c’est compliqué car le mouton fuit. Pareil avec les lamas mais eux ils ne fuient pas
– se demander quand je vais rentrer
– se demander ce que je vais faire en rentrant
– me dire left, left, left des que je conduis ou que je marche (conduite à gauche)
– se dire qu’il y a encore une gravel road qui va secouer et se demander pourquoi ils l’ont fait comme ça et se demander pourquoi à 40km/h pile ça secoue moins (question non résolue)
– croire que tous les oiseaux sont des kiwis….Mais non on n’en verra pas….
– voir des pingouins et des phoques sur les plages, c’est normal. Tenter le selfie avec le phoque: c’est compliqué
– se lever à 6h du matin pour voir des levers de soleil…ou pas quand il pleut
– fermer les rideaux du van et les rouvrir, comme les volets d’une maison
– Arrêter les restos car ils ferment trop tôt de toute facon (ps: dédicace à tous les parisiens qui râlent sur la province, bon courage ici, c’est pire)
– Se faire demander son ID au liquor store pour acheter une bouteille de vin (promis, j’ai plus de 18 ans)
– Se dire que les van jucy vert fluo wicked et escape sont vraiment moches et que ça fait vraiment touriste (ben voyons !)
– reprendre les plats à la crème après l’Asie car ils ont de la vraie crème ici (mais pas du vrai beurre)

2 thoughts on “La Nouvelle-Zélande en Roadtrip c’est comment ?”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s